Heureux comme Lazzaro

Un film de Alice Rohrwacher
21 novembre 2018

Lazzaro a bon cœur et il offre généreusement son aide, à tel point qu’il semble venir d’une autre planète. Il vit et travaille avec d’autres dans la communauté rurale d’Inviolata. Propriétaire sans scrupules, Marchesa de Luna gouverne le domaine d’une main de fer, et tout le personnel est sous sa coupe. Son fils Tancredi, doté d’une imagination débordante, arrive un beau jour à Inviolata et doit également faire ses quatre volontés. Tancredi demande à Lazzaro de l’aider à feindre son enlèvement. Une amitié naît entre ces deux jeunes hommes. Elle se solidifiera et durera malgré la découverte d’une grande tromperie qui fera voler en éclats la communauté d’Inviolata et mènera Lazzaro jusqu’en ville à la recherche de Tancredi.

Après son film « Le meraviglie », la réalisatrice Alice Rohrwacher confirme à nouveau sa place singulière et significative dans le cinéma italien. Lauréat du Prix du scénario à Cannes, « Heureux comme Lazzaro » est une trouvaille d’une merveilleuse beauté, comme un vestige d’une période disparue du cinéma, tout en restant d’actualité à chaque instant. Du réalisme magique et de la modernité dramatique qui fusionnent pour former une histoire saisissante racontée avec humour et élégance – une perle cinématographique rare et enchanteresse.

 Festival de Cannes 2018
En Compétition - Prix du Scénario

Fiche du film

Réalisation

Alice Rohrwacher

Avec

Adriano Tardiolo, Alba Rohrwacher, Nicoletta Braschi

Genre

Drame

Pays, année, durée

IT/CH/FR/DE 2018, 128'

Classification

16, ZH: J/14

Format

DCP, Farbe, Flat, Dolby Digital 5.1

Revue de presse

« La pure magie du cinéma. » Sight & Sound

« Un merveilleux conte magico-réaliste, un rêve enchanteur devenu film. » The Guardian

« Du cinéma vertigineux, un film à couper le souffle. » Variety

« Une histoire onirique avec un humour et un côté tranchant qui rappellent ‹La Strada› de Fellini ou les premiers films de Pier Paolo Pasolini. » Screen Daily

« Comme Lazare, ‹Heureux comme Lazzaro› a deux vies. Ou peut-être davantage, par sa manière de mêler néoréalisme et magie, politique et fantastique. » Libération

« ‹Heureux comme Lazzaro› est enveloppé d’une grâce qui tient à sa maîtrise discrète et impressionnante de l’art de la mise en scène. » Le Monde