Favolacce

Un film de Damiano D‘Innocenzo, Fabio D‘Innocenzo
5 mai 2021

Un quartier résidentiel de maisons mitoyennes dans la banlieue de Rome ; il fait une chaleur torride. L’atmosphère estivale est teintée d’une mystérieuse ambiance d’angoisse. Maintes familles vivent ici, sans appartenir à rien, dans leurs habitudes sans cesse répétées. Çà et là affleure la peur du déclin social. Certains parents sont frustrés puisque la vie espérée reste inaccessible. Mais pour finir ce seront les enfants qui feront trembler les fondements de ce lieu…

Les frères Fabio et Damiano D’Innocenzo ont passé leur enfance dans une banlieue de Rome. Sans formation spécifique, ils ont produit des clips vidéo, des téléfilms, une pièce de théâtre. Leur premier film de cinéma « La terra dell’abbastanza » (2018) a remporté plusieurs prix. Leur nouveau bijou « Favolacce », meilleur scénario à la Berlinale 2020, parle d’hommes, de femmes et d’enfants qui voient trop tôt leurs rêves et espoirs se briser. Un film aux émotions brutes et fortes, interprété avec maestria.

Berlinale 2020
Ours d'argent - Meilleur scénario

Nastri d'Argento 2020
Meilleur film - meilleur scénario - meilleure potographie - meilleurs costumes - meilleure production

 

 

Fiche du film

Réalisation

Damiano D‘Innocenzo, Fabio D‘Innocenzo

Avec

Elio Germano, Barbara Chichiarelli, Lino Musella, Gabriel Montesi, Max Malatesta

Genre

Drame

Pays, année, durée

IT/CH 2020, 99'

Classification

16

Format

DCP, Couleur, Scope, Dolby Digital 5.1

Revue de presse

« Un film intense et aux atmosphères denses. » Screen Daily

« ‹Favolacce› pose son regard sur l’horreur du quotidien et la beauté dans la misère. Un film magnifique et important. » La Repubblica

« Les frères D’Innocenzo sont une révélation. » Screen

« Surprenant, inquiétant, sauvage, impressionniste. » Hollywood Reporter

« Raconté avec virtuosité, à la fois prenant et touchant, contradictoire et déstabilisant. » rbb kultur

« Un regard implacable dans un microcosme social où s’ouvrent des abîmes. Un univers cinématographique quelque part entre Ulrich Seidl et David Lynch. » Kulturtipp